Séries fantastiques

Un site présentant plusieurs belles séries fantastiques où vous pouvez discuter avec les auteurs

www.SeriesFantastiques.com

 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Nouveautés : La lignée des dragons (tome 5); Par l'épée du Délivreur (tome 1).
Nouvelle série se joignant à nous : Les Maîtres du Pentacle, de Mario Fecteau.

Partagez | 
 

 Narels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blinch
Guerrier
Guerrier


Messages : 7
Points : 1821
Date d'inscription : 21/12/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Race: Humain
Profession: Guerrier
Nom:

MessageSujet: Narels   Dim 31 Mar - 17:02

Voilà un projet sur lequel je travail depuis très longtemps. J'ai déjà plusieurs extraits différents d'écrits, dont certains que j'ai du réécrire des centaines de fois car je n'étais pas satisfaite. Celui-ci est l'extrait su lequel j'ai mis le plus de temps et qui a le plus changé depuis sa première écriture. J'aimerais avoir des commentaires car c'est le projet d'écriture qui me tient le plus à coeur. Merci d'avance.

Prologue
« Plus vite ! », se disait-elle à elle-même alors que, le cœur battant, elle filait à travers les troncs d’arbres. Ces poumons lui brulaient, la sueur lui piquait les yeux, tous ses muscles étaient raides et produisait une douleur atroce. Bref, elle était exténuée. Seule sa volonté d’échapper à ses poursuivant permettait à ses jambes de mettre un pied devant l’autre.
S’il y avait eu un spectateur à cette course effrénée, cette personne aurait eu de la difficulté à apercevoir la coureuse : elle fendait l’air tel une flèche, évitait les obstacles avec une agilité féline, ses mouvements étaient d’une rapidité inouïe et ses pas dans les feuilles ne produisaient aucun bruit. Nul doute la forêt était son élément. Malgré cet avantage, ses opposants n’aurait tôt fais de la rattraper.
Elle n’attendait plus que le vent sifflant de chaque côté de sa tête, le bruit de sa propre respiration ainsi le tambourinement de son cœur dans sa poitrine. Cela provoquait un boucan dans sa tête, un boucan qui ne l’empêchait pas de se savoir rattrapée. Elle désespérait de s’en sortir. À chaque seconde, ils gagnaient du terrain sur elle, alors qu’à chaque seconde, son corps lui hurlait, toujours de plus en plus intensément, son incapacité à continuer. Elle les sentait approcher, elle les sentait approcher au même rythme que la peur lui entravait la gorge. Bientôt, la fuite ne serait plus un option. L’avait-elle déjà été ?
Ça y est, ils étaient là, dans son dos, juste derrière elle. Elle ne pouvait plus leur échapper. Elle mit fin à sa fuite, malgré ses jambes qui ne lui obéissaient plus qu’à moitié et l’angoisse qui lui tordait les entrailles. Elle le savait, elle allait mourir aujourd’hui. Il ne lui restait plus qu’à défendre chèrement sa peau. Elle dégaina sa courte lame, leur fit face et les regarda fondre sur elle tels les rapaces qu’ils étaient.

Stix

Elle ouvrit les yeux. Une étrange sensation de brûlure aux poignets venait de la sortir d’un profond sommeil. Jetant un rapide coup d’œil à ceux-ci elle y découvrit d’étranges cicatrices. Une suite de petites marques rougeâtres encerclaient ses poignets à la façon d’étranges bracelets. Les marques formaient deux liges plus ou moins parallèle qui se rejoignaient en deux demi cercle. Toujours est-il que la douleur s’estompa et qu’elle reporta son attention ailleurs.
Sa tête lui tournait. Combien de temps avait-elle dormi ? Elle se sentait tout engourdie par le sommeil qu’elle venait tout juste de quitter. « Où suis-je ? », se demanda-t-elle alors que son regard se posait sur ce qui l’entourait. Elle n’avait aucun souvenir de l’endroit où elle se trouvait et du comment elle s’y était retrouvée. À bien y réfléchir, elle ne se souvenait de rien précédant son réveil, pas même de son nom. Ses pensées encore trop embrouillées, elle rejeta l’idée d’une trop grande réflexion. Elle s’assit donc sur le lit dans lequel elle était allongée et se mit à observer la pièce minuscule dans laquelle elle se trouvait.
Tout d’abord, il y faisait très sombre : la seule lumière provenait d’une petite lucarne situer au-dessus de sa tête. En en juger par la luminosité à l’extérieur il devait être le matin ou le soir. L’élément central de la salle était le lit, à côté de celui-ci se trouvait une très petite table de chevet sur laquelle trônait une chandelle ainsi qu’un briquait et à son pied siégeait un coffre en bois plutôt usé. Comme tout autre mobilier il y avait un miroir accroché au mur.
Poussée par la curiosité, elle se leva sur ses jambes toujours engourdies pour aller inspecter le contenu du coffre. Elle s’arrêta toutefois devant son reflet dans le miroir. Elle était nue comme un ver et avait une très mauvaise mine : ses cheveux dorés coupés très courts étaient tout ébouriffées et auraient mérité un bon nettoyage, ses yeux d’un rouge sanglant d’où émanait une douce mais étrange lueur était bouffis de fatigue, ses lèvres craquelées par la déshydratation, ses joues creusé, ce qui accentuait ses pommettes saillantes, son corps en entier était squelettique, à croire qu’elle n’avait pas mangé depuis des lustres, et ses ailes d’un noir d'ébène aux reflets bleutés étaient tout aussi ébouriffés que ses cheveux. Elle détourna les yeux, ne se reconnaissant qu’à moitié. Elle avait l’impression d’avoir observé une étrangère. «Avait-elle toujours ressemblée à cela avant aujourd’hui ?» s'interrogea-t-elle. Une autre question plus sordide lui vint alors à l’esprit :«Y avait-il au moins un avant aujourd’hui ?».
Elle s’agenouilla donc devant le coffre. Sur celui-ci était gravé un mot : Stix. « Qu’est-ce que cela peut-il signifier ? », se demanda-t-elle en effleurant les quatre lettres du bout de ses doigts. Retirant sa main elle agrippa le couvercle du coffre et le bascula révélant ainsi son contenu. Il y avait à l’intérieur de quoi s’habiller, quelques chandelles de rechanges, une dague bien rangée dans son fourreau et un message sur lequel il y était écrit :

« Chère Stix,
Te voilà enfin réveillée. Cela me fait un immense plaisir que de te souhaiter la bienvenue parmi nous. Tu dois probablement te sentir quelque peu désorientée, c’est normal. Tu te trouve présentement dans la chambre que je t’ai assignée. Ce sera désormais ton nouveau logis personnel, car en fait, la forteresse en entière est désormais ton nouveau logis.
Je t’invite à prendre le temps qu’il te faudra pour mettre de l’ordre dans tes idées. Nous ne voulons point te presser, bien que nous avons très hâte de te rencontrer.
Lorsque tu sera prête, viens nous retrouver. Tu saura trouver ton chemin ne t’inquiète pas. Tu fais maintenant partie de notre famille. Sois fière de ce que tu est, tu es une Narel.
Très sincèrement, ton créateur
Direan »


Chaque nouvelle phrase assimilée par la prénommée Stix éveillait en elle de nombreux questionnements. Cependant, lorsque ses yeux se posèrent sur le dernier mot de la lettre, soit le nom de l’auteur de celle-ci, un grand calme envahi la jeune femme. Elle n’aurait su dire pourquoi, mais le simple nom de ce Direan eu pour effet de l’apaiser, de la rassurer et de lui inspirer confiance. Ça simple mention au bas de ce message balaya ses questions et son angoisse pour faire place à de fortes convictions et à de la détermination.
Elle se nommait Stix et elle était fière d’être une Narel, peu importe ce que cela était, et de faire partie de la famille de Direan son créateur. Une volonté venait de naître en elle. La volonté de rendre à tout prix cette personne fière d’elle.
Si ce n’avait été de son manque d’énergie et de sa tête qui lui tournait encore, elle se serait probablement habiller à toute vitesse pour ensuite s’élancer à la recherche de cet personne qu’elle désirait, dès à présent, connaitre plus que tout.
Malheureusement pour elle, cette découverte l’avait épuisée. Elle s’en retourna donc dans son lit et s’endormi au contacte de l’oreiller.

Elle ne sut pas combien de temps son sommeil dura, mais lorsqu’elle s’éveilla enfin, elle put constater qu’il faisait nuit. Cette fois-ci, elle se sentait bien reposée et pleine d’énergie. C’est donc sans plus entendre que Stix entama la tâche de se vêtir. D’abord les sous vêtements, puis un petit haut s’enfilant par les hanches et s’attachant dans le coup pour ne pas nuire à ses ailes, suivi d’un pantalon ample qu’elle rentra à l’intérieur une paires de bottes de cuir souple et pour finir, des brassards en écaille de draknos qui recouvrirent ses avants bras. Elle hésita un peu, puis se décida à prendre sa dague et à l’attacher à sa ceinture. Elle était prête.
Avant de sortir de sa chambre, elle repensa une dernière fois à la lettre de Direan. La signature disait « Très sincèrement, ton créateur ». Elle n’était donc qu’une création de se personnage extraordinaire. Cela la rassura. Il était normal qu’elle n’est aucun souvenirs alors.
Prenant une grande respiration elle poussa la porte de sa chambre et se retrouva dans un long couloir éclairé par des torches. L’endroit, qui lui avait tout d’abord parut silencieux, lui renvoyait à présent l’écho de nombreuses voix lointaines. Ce signe de vie l’encouragea. Elle prit soin, avant de s'élancer vers la provenance du bruit, de noter le numéro qui était inscrit sur sa porte, soit le 66. Une fois en marche, bien que son pas était pressé, elle prit soin d’observer attentivement tout ce qui l'entourait. Elle portait une attention particulière à tous les détails ainsi qu’à toutes les directions et escaliers emprunter afin de pouvoir retrouver son chemin dans se labyrinthe.
Guidée par le seul signe de vie de la forteresse, elle cheminait à travers les couloirs étrangement déserts. L’endroit était d’une propreté extrême, et le tout, bien que d’apparence humble, était richement ornementé. Parfois, il lui arrivait de croiser de grandes ouvertures dans les murs de pierre qui laissait entrer la lumière de la Lune ainsi que le froid glacial de l’extérieur. C’était, en fait, de grandes portes s’ouvrant sur le vide.
Par ces ouvertures, elle pu constater l’importance de la bâtisse dans laquelle elle se trouvait. Celle-ci était construite sur le flanc d’une très haute montagne. Ce qui expliquait, en partie, la très basse température qui régnait à l’extérieur. La seconde raison de ce froid était explicable par la lueur d’un blanc bleuté émanante de la Lune, signe q’on était au beau milieu de la saison froide. Toujours est-il que la forteresse était très bien dissimulée au travers du rock et de la neige de la montagne. Stix devinait tout de même l’étendu de celle-ci à l’intérieur même du promontoire rocheux. La seule partie éminemment visible était l’immense portal d’entrer. Celui-ci s’ouvrait sur une large cour au centre même du U formé par la bâtisse.
Outre les nombreuses portes rencontrées, un autre élément du décor attira l’attention de la jeune fille. C’était les multiples blasons disposés un peu partout à intervalle régulier le long des couloirs, dans les différentes pièces, toujours aussi désertes, et dans les cages d’escalier. Ceux-ci représentaient tous la même chose, soit, un corbeau aux ailes ouvertes siégeant sur le pommeau d’une épée blanche, le tout sur un fond violet. Le corbeau était la représentation exacte de celui qui était gravé sur les brassards qu’elle portait aux poignets.
Toujours poussée par son désire de rencontrer son créateur, Stix se rapprochait petit à petit du brouhaha qui la guidait. C’était le bruit d’une multitude de conversations. Elle était sur la bonne voix . Plus elle avançait et plus les salles traversées semblait avoir été déserté récemment. Tous les occupants de la forteresse devaient être rassemblés dans l’endroit où elle se dirigeait.
Elle déboucha finalement sur un couloir aux dimensions nettement supérieur aux autres rencontrés. D’un côté, se trouvait une immense porte dont l’entière superficie était gravée de représentations de dragons mystiques, et de l’autre côté, le couloir s’enfonçait à perte de vue dans la pénombre. L’endroit était remplis de tapisserie illustrant encore une fois ces légendaires dragons ailés, ceux-ci disparus depuis que les hommes comptent les années, où plutôt, les hommes compte les années depuis qu’ils ont disparus. Les murs étaient ornés de gravures incrustées de joyaux de toutes sortes formant des motifs envoutants et aux pieds desquels se dressaient maintes sculptures aux représentations variées. L’air en ces lieux était chargé de quelque chose d’indescriptible. Stix se sentait petite et humble face à tant de majesté, voir écrasée par la splendeur de l’endroit et par son importance historique. Elle ne savait pas trop pourquoi ni comment, mais elle possédait une quantité de savoir sur se lieu unique.
C’était autrefois l’entré du plus ancien, du plus grand, du plus réputé, mais surtout du mieux gardé et du mieux caché repère de dragons que les terres de Célinor aient connues. C’était là que la plupart des dragons les plus célèbres étaient nées, avaient vécus et étaient morts. Désormais, le tunnel d’entré ne débouchait plus que sur un cul-de-sac crée par un éboulement il y a de cela plus d’un millier d’années, et depuis, la forteresse avait été construite autour de ce vestige grandiose. On pouvait à présent observer quelques couloirs de dimension plus modeste s’y étant greffé, ceux-ci adapté à des races moins nobles que les légendes ailées.
Stix, bien que humble face à toute cette gloire, se sentait à la fois propriétaire et propriété de tout ce que représentait ces lieux, elle se sentait envahit par le courage, la sagesse, la renommé et la puissance des anciens dragons. C’est avec détermination qu’elle se dirigea vers l’immense portal. Derrière elle, elle le savait, se trouvait ce qu’elle cherchait. Elle allait bientôt rencontrer son créateur, son maitre, sa raison de vivre, Direan. À partir de ce moment, elle ne vivrai que pour exaucer les souhaits de son maitre. Stix se jura alors à elle-même que peu importe se qu’elle devra faire : elle sera LA meilleure.
Et alors qu’elle s'apprêtait à pousser les deux énormes battants, ceux-ci s’ouvrir d’eux-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blinch
Guerrier
Guerrier


Messages : 7
Points : 1821
Date d'inscription : 21/12/2011
Age : 21

Feuille de personnage
Race: Humain
Profession: Guerrier
Nom:

MessageSujet: Re: Narels   Lun 22 Juil - 21:13

SVP j'aimerais vraiment avoir des commentaires. C'est un texte que je travail depuis longtemps et je trouverais très constructif de savoir ce que d'autres personnes en pense. Que ce soit à propos de l'histoire, des personnages, de la description, de la grammaire ou peu importe, il me ferais grand plaisir d'avoir quelques avis. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ike
Grand Chevalier
Grand Chevalier


Messages : 139
Points : 1744
Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 24
Localisation : En quelque part dans la Belle Province

Feuille de personnage
Race: Humain
Profession: Guerrier
Nom: Ike d'Halvick

MessageSujet: Re: Narels   Mer 24 Juil - 10:01

Salut ! Je pars présentement en voyage, dès mon retour, je lis et je vais t'écrire un commentaire =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavalier666noir
Grand Guerrier
Grand Guerrier


Messages : 26
Points : 2163
Date d'inscription : 06/02/2011
Age : 22
Localisation : St-Boniface de Shawinigan

MessageSujet: Re: Narels   Dim 29 Sep - 23:14

Très bon texte, jusqu'à maintenant. Quelques erreurs entre attendre et entendre, de temps à autres (rien de grave Razz), sinon, quand elle se pose des questions... est-ce normal que ce soit à la troisième personne? Par exemple: «Avait-elle toujours ressemblée à cela avant aujourd’hui ?» s'interrogea-t-elle.

Personnellement, un "aies-je toujours ressemblé à cela avant aujourd'hui?" s'interrogea-t-elle, sonnerait mieux. À ce stade, ça reste un choix personnel.

Sinon, tu as de belles transitions et un belle façon d'écrire.

Côté personnage, j'ai bien aimé voir l'insécurité première de la demoiselle, qui s'est changée en confiance avec le nom de Direan. Belle évolution dès le départ.

Désolée si ce n'est pas beaucoup, je n'ai pas l'habitude de commenter des oeuvres. Je ne suis, après tout, qu'une "écrivaine qui est le seule à se donner ce titre", donc, rien d'officiel. En espérant que ça t'aura aidé, et que tu n'as pas perdu espoir d'une réponse après autant de temps!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cavalier666noir.skyrock.com/ http://cavalier666noir.devia
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Narels   Aujourd'hui à 13:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Narels
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Séries fantastiques :: Réalisations à commenter :: Tomes et romans en cours-
Sauter vers: