Séries fantastiques

Un site présentant plusieurs belles séries fantastiques où vous pouvez discuter avec les auteurs

www.SeriesFantastiques.com

 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Nouveautés : La lignée des dragons (tome 5); Par l'épée du Délivreur (tome 1).
Nouvelle série se joignant à nous : Les Maîtres du Pentacle, de Mario Fecteau.

Partagez | 
 

 Le dernier RP d'une longue aventure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ike
Grand Chevalier
Grand Chevalier


Messages : 139
Points : 1748
Date d'inscription : 08/07/2012
Age : 24
Localisation : En quelque part dans la Belle Province

Feuille de personnage
Race: Humain
Profession: Guerrier
Nom: Ike d'Halvick

MessageSujet: Le dernier RP d'une longue aventure   Jeu 28 Fév - 23:04

Bonjour à vous. Comme vous savez, j'étais sur un forum RP basé sur l'univers des Chevaliers d'Émeraude. À partir de son univers, nous avons créer une histoire toute autre au cours de ces 5 ans qui se sont passés sur ce forum. Cependant, toute bonne chose à une fin et moi et un ami avons tirés notre révérence. Je souhaitais partager ce dernier RP avec vous. Certes, je sais que vous comprendrez peut-être pas tout. Mais c'est pas grave =)
(Je suis Ike (ohoh ne me dit pas !) et mon ami fait le personnage de Dimeilof)



Le vent frais frôla son cou à découvert et s'engouffra dans ses longs cheveux dorés, les soulevant paisiblement. L'air pur et vif des montagnes emplit ses poumons comme un second souffle de vie. La femme expira silencieusement, profitant momentanément du sifflement du vent dans ses oreilles et du chant des pins. Un frisson lui parcourut le corps entier, mais n'en tint pas compte. Elle ouvrit finalement les yeux pour contempler le spectacle que lui offrait le sommet de la Montagne de Cristal. Une fine couche de neige recouvrait le sol, tel un duvet et où le soleil reflétait ses milles couleurs. Au loin, les différents royaumes, Cristal, Argent et Fée étaient visible. Zénor et le territoire des Elfes étaient trop éloigné pour être vue, même si on était au sommet le plus culminant d'Enkidiev. Enfin, par delà ces royaumes, l'océan, aujourd'hui indolente. Peu de nuage couvrait le ciel bleuté et l'astre diurne amorçait bientôt sa descente.

L'Alchimiste s'approcha du bord de la montagne, laisse son corps se bercé au gré du vent avant de finalement s'asseoir sur le duvet nacré. Elle s'enroula d'un manteau d'air chaud, réduisant ainsi les frissons qui s'emparait toujours un peu plus de son corps et observa ce monde où elle avait grandit puis vécu, partageant moult d'émotion. Elle rigola lorsqu'elle songea à ses première leçons de la magie en tant qu'enseignante aux élèves d'Émeraude, à bien y pensée, Ike avait peu d'autorité à ses vingt-quatre ans. C'est grâce aux épreuves qu'on apportés les Instruments Divins qu'elle avait réussit à mieux se connaitre et à se forger malgré l'adversité qui se dressait devant elle. La suite de tout ça ? Ce fut comme une étoile filante traversant le ciel encré. Déchirant le ciel, les évènements se précipitèrent avec une telle rapidité qu'elle se retrouva à trente-et-un ans exténuée.

Une brise se fit ressentir derrière elle, autre que le vent des montagnes, suivit de ce petit son qu'émettait la neige lorsqu'on la piétinait. Il avait dû ressentir son trouble, sa fatiguée et s'était dépêché d'accourir à ses côtés. Bien qu'elle aurait voulut être seule pour ces derniers instants, un sourire triste se dessina sur ses lèvres. En fait, sa présence la comblait d'un bonheur incalculable.

Une seule larme perla sur sa joue, le soleil la teinta d'une couleur chatoyante. Sans même se retourner, l'alchimiste déclara d'une voix éteinte :


- Je suis épuisée, Dimeilof.


***

Au château, Dimeilof ressentit une drôle de sensation dans son coeur. Cette sensation provenait de son apprentie. Une sensation triste, solitaire, découragée. Ce n'était pas comme si elle venait d'apprendre une mauvaise nouvelle, elle aurait tôt fait de trouver une solution sans se décourager. C'était comme si elle venait de franchir la limite et voulait tout abandonner, dont sa propre vie. Il se dépêcha de la localiser. Il eut un peu de difficulté avant de la trouver sur la montagne de cristal. Le minerai de la montagne empêchant légèrement la magie de l'atteindre, Ike avait probablement choisi cet endroit pour être seule. Cependant leur lien était plus fort que la barrière et l'Immortel ne pouvait pas rester les bras croisés. Son enveloppe corporelle disparut dans la seconde.

En apparaissant près de la magicienne, Dimeilof constata que le froid ne lui mordait plus la peau, mais il pouvait toujours sentir la neige crisser sous ses pieds. Il était vrai qu'il n'était aller dans un endroit enneigé depuis sa mort. Il regarda Ike qui l'avait sentit s'approcher. Il cru se retrouver plus de 14 ans auparavant. À l'époque, Ike ne prenait pas soin d'elle et son esprit sombrait de plus en plus dans le désespoir alors qu'elle refusait toute interaction sociale. Il l'avait prit sous son aile parce qu'il savait qu'elle avait du potentiel. Il était cependant loin de se douter tout ce qui allait se passer entre eux. Et pourtant, 14 ans plus tard, Ike était de nouveau isolée et son état mental s'était cruellement fragilisé. Cette réalité frappa l'Immortel dont certains regrets refirent surface dans sa mémoire.

- Je suis épuisée, Dimeilof.

Il apparut devant elle. Il tendit la main et essuya du doigt la larme qui coulait lentement. Il était conscient que faire le bouffon n'allait rien arranger cette fois-ci. Sans dire quoi que ce soit, il l'a prit dans ses bras d'une façon douce pour la réconforter. Ne sachant pas quoi dire, il dit les seuls mots qui lui traversèrent l'esprit et qui n'étaient pas inappropriés :

- Une bonne façon de ne plus l'être, ce serait de dormir, tu ne penses pas ?

***

À son contact de sa main sur sa joue, Ike releva son regard esquinté vers l'immortel. D'un lent mouvement, elle chercher sa main et l'entoura des siennes, réchauffant ses doigts glaciales dû à la fraîcheur de la montagne. La magicienne y déposa sa joue, ferma les yeux, désirant ce moment éternel. Il n'y avait tout simplement pas de mot pour d'écrire la gamme d'émotion qui la traversaient.

Puis enfin, une multitude de petites perles translucides caressèrent son visage, libre, comme elle l'avait toujours été. L'alchimiste n'éclata pas en crise. Elle était seulement là, au sommet de la montagne de cristal, tenant la main de l'homme qu'elle chérissait le plus en ce monde, tranquille comme si le temps eut été suspendu exclusivement pour eux. Au loin, le soleil nimbait les nuages et le ciel d'une teinte flamboyante.


«Même le plus long des sommeils ne pourra me rendre l'énergie que je consacrais au royaume et au continent. Mes nuits sont longues et solitaires et, lors de mon réveil, même le chant radieux des oiseaux ne parvint à me rendre heureuse.»

La magicienne communiqua par télépathie afin d'éviter de rompre ce silence si apaisant. Il rendait la scène encore plus intime. Ike laissa passer un long moment où, seulement par leur contacte, ils se comprenaient. Ses larmes s'étaient tari, elle relâcha délicatement la main de Dimeilof et ouvrit de nouveau les yeux, pénétrant son regard doré dans les yeux verdoyant de l'immortel.

«Nos âmes sont anciennes, ne crois-tu pas qu'il serait temps pour nous de tirer notre révérence ?»

Son regard tomba alors sur la garde de sa dague. Arme qu'elle avait si peu utilisé...

***

Une main se déposa sur le pommeau de la dague en question. Dimeilof l'empêchait de s'en servir. De son autre main, il prit le menton d'Ike pour tourner son visage vers lui.

- Il n'en est pas question !

Son ton était un peu autoritaire et son visage démontrait de la colère pendant un moment avant de s'adoucir.

- Tu ne peux pas mourir si je ne meure pas. Mais cette dernière option n'est pas envisageable puisque cela condamnerait Enkidiev et j'ai beau sembler insensible à son sort, je ne peux pas le laisser tomber dans le chaos pas ma faute.

Il prit un inspiration et ferma les yeux.

- Mère a toujours craint de me détruire ou détruire mon frère, puisqu'en tant que jumeaux angéliques, la totalité de notre pouvoir est transféré à l'autre à sa mort. Enfin... c'est ce que le dieu suprême a confié à Mère. C'est pourquoi, je ne peux pas me résoudre à abandonner ma vie, même si je souhaite le repos éternel.

Il ouvrit les yeux et regarda Ike droit dans les yeux.

- Si tu essaies d'attenter à ta vie, je ne te le pardonnerai pas ! Parce que, ce ne sera pas la mort que tu trouveras, mais la souffrance et...

Sa vision devint embué et il ferma les yeux en penchant la tête sur celle d'Ike. Lorsque les deux fronts se touchèrent, Ike entendit :

*... je ne suis plus capable de te voir souffrir.*

Plusieurs secondes passèrent en silence. Puis, doucement, d'un ton calme, Dimeilof chuchota :

- Mais il y aurait peut-être une autre possibilité.

***

N'oublie pas. N'oublie pas mon cher Elvart qui, lui aussi, à tant sacrifié pour moi. Voulut-elle déclarée suite aux paroles prononcés par l'Immortel. Cependant seul le silence franchit ses lèvres légèrement entrouvertes. Quelle piètre magicienne d'Émeraude qu'elle faisait présentement. Le soleil dardait ses derniers rayons sur le continent, flamboyant le ciel, embrassant les nuages et enrobant d'une douce couleur dorée le couple au sommet de la montagne de cristal, à la conclusion de leur Histoire. Au loin, la pénombre s'emparait du ciel sans que les étoiles soient encore visibles. Les yeux clos au contact de Dimeilof, Ika plaça tendrement ses mains autour de sa nuque, empêchant ainsi l'Immortel de s'éloigner d'elle. Un sourire délicat se dessina tranquillement sur ses lèvres, puis sur un ton bienveillant :

- Il semble bien que c'est la première fois que je te vois si émotif...

Sur sa nuque, ses doigts jouèrent inconsciemment avec ses cheveux, ces petits fils argentés si soyeux. Elle ouvrit les yeux, curieuse de voir si une larme avait perlée sur son visage juvénile.

- Malgré toutes les inquiétudes et problèmes que je t'ai causés...

La magicienne se remémora ses seize ans, alors qu'elle se laissait mourir de faim lorsque son maître partait quelques temps en mission. Puis, ses vingt-quatre ans qui furent des années d'émotions excessives. La haine, l'amour, sans pourtant jamais trouver un bon comprit. Et aujourd'hui encore où elle se cherchait encore. Malgré tout, malgré ses longues absences, Dimeilof revenait toujours vers elle, arrogant et parfois même menaçant, mais il y avait aussi ce côté, plus subtile, ce sens protecteur et doux. Rare était ces moments où l'on pouvait les apercevoir, Ike pouvait les comptés sur les doigts d'une main, mais ils étaient tout de même bien présent. Elle ne termina jamais sa phrase, chacun sachant parfaitement ce que ressentait l'autre à ces souvenirs parfois cocasses, tristes ou inoubliables.

- La mer turquoise perte de vue... une plage s'étendant sur des kilomètres. Derrière, une faune et flore luxuriantes. Nous deux et un enfant à élever, paisible. Est-ce ton autre possibilité ?

Peu à peu, sa détresse quitta son corps, ses tremblements avaient cessés et une lueur de bonheur, ce bonheur tant recherché depuis sa tendre enfance, se permis de se frayer une place jusqu'à son cœur. Le regard d'Ike s'était adoucit et tenta de lire ses pensées à travers son regard verdoyant.


***

Dimeilof était de nouveau nostalgique. Il s'était passé tellement d’évènements qu'il n'avait jamais prit le temps de faire attention autour de lui et prendre soin ce qui lui était important. Ike, sa petite apprentie magicienne plein de potentiel, n'était plus aussi innocente. Alors qu'il voyait toutes les images qu’elle faisait défiler en lui, il lui en envoya d'autres en réponse. Les problèmes qu'elle lui avait apportés étaient minimes en comparaison à ceux qu'avait fait endurer l'Immortel à la magicienne. Pourtant, les voici de nouveau ensemble, se supportant mutuellement, dans tous les sens du terme.

- Tu sais Ike... Je suis désolé de mes agissements. Malgré toutes les farces et les coups que je t'ai fait, même si tu m'as détesté pour cela, c'était uniquement pour te protéger. C'était aussi un peu ma façon de te montrer mon affection. C'est pathétique.

Puis, il ne fut plus capable de continuer à parler, il lui ouvrit donc son esprit pour lui dire, tout en gardant ses yeux rivés dans les siens :

*Ce que j'essaie de te dire, c'est que en fait, le pourquoi que je suis si envahissant dans ta vie, ce n'est pas parce que je te veux du mal, mais plutôt parce que... je t'aime.*

Il l'avait dit. Il n'avait ouvert son coeur qu'une seule fois et s'était refermé à la mort de ses parents adoptifs et son esprit était clos depuis plusieurs décennies. Qui aurait dit qu'une simple humaine au caractère particulier pourrait rouvrir ces barrières. Mais maintenant, c'était fait et il savait qu'Ike partageait des sentiments réciproques. Ces deux êtres, dont leurs âmes étaient soeurs n'avaient jamais été capable de voir leur lumière, étaient finalement réunies.

Il prit la jeune femme dans ses bras pour l'enlacer. Sa voix se fit entendre de nouveau :

*Maintenant, imagine cet île paradisiaque qu'on ne trouverait nul part dans ce monde. Imagine notre maison, notre enfant, le sable chaud entre tes orteils et les bains de nuit qu'on pourrait prendre ensemble. Imagine la vie paisible que tu aurais enfin après toute ces années.*

***

Et les mots vinrent finalement. Ils vinrent après plus de quinze longues années. Ces mots traversèrent son corps et son âme semblable à une flamme dévorante de passion. Malgré elle, la magicienne laissa s'échapper un rire cristallin, tel le son argenté d'une cloche au sommet d'un temple. Ce dernier l'enlaça, comme pour une dernière danse et se redressèrent. Au loin, les rayons avaient complètement disparut du paysage. Ne restait du tableau que les couleurs violacées teintant le ciel. Un vent léger et frais s'était à nouveau levé, ondulant leur chevelure et vêtements. Délicatement, de petits flocons éphémères tombèrent autour d'eux, rendant le moment enchanteur et féerique. Ses bras qui étaient toujours autour de sa nuque se déplacèrent. Sa main gauche se posa sur le centre de son torse, là où se trouvait le coeur, la droite se laissa tranquillement retomber, la paume s'arrêtant à son cou.

- Idiot. Murmura-t-elle tendrement. Je t'aime depuis mes seize ans !

Un nouveau rire traversa ses lèvres avant qu'elle ne détache son front de celui de l'Immortel afin de mieux l'observer. Son bras s'éleva légèrement, sa main droite touchant alors affectueusement la joue de Dimeilof avant de glisser de nouveau là où elle se trouvait, il y avait quelques secondes. Ses joues avait prit une légère couleur rosée de part le froid du sommet de la montagne. Une larme y perla, unique.

Elle s'approcha de lui.
Hésita l'espace d'un instant fugace.
Ses lèvres rencontrèrent finalement les siennes.
Chaudes et doucereuses.


«L’île où nous vivons est vaste. Devant notre maison s'étend une longue plage de sable blanc où l'océan vient mourir, indolente à son sort. Nous avons beau regarder à droite ou à gauche, nous ne voyons pas la fin de cette plage vierge. Derrière notre maison se trouve une forêt tropical luxuriante d'où de magnifiques chants d'oiseaux viennent harmoniser notre journée.» Alors qu'elle imaginait leur monde, une lumière dorée engloba graduellement le couple. «Puis, plus loin encore, se dresse une impressionnante montagne, un peu comme la montagne de cristal. Lorsque nous montons au sommet de celle-ci, nous pouvons apercevoir la courbe de l'horizon. Y voir l'étendu de l'océan est incroyable, nous y passons beaucoup de temps à son sommet, enlacé l'un contre l'autre. Autour de cette île, il n'y a que cette masse d'eau. Et puis, lorsque nous redescendons finalement de cette montagne, nous retrouvons Yui et Éliott jouant ensemble dans le sable, construisant de magnifique sculpture. Yui, ses long cheveux noir de jais lui arrivant au bas du dos se retourne vers nous, sur son visage se dessina un sourire candide, son regard violacée, pétillant de joie. Dans sa petite robe blanche, elle se redresse et cours vers nous.«Mama, Papa» Dit-elle d'une voix tel une cloche d'argent Derrière, Éliott, ses cheveux mi-longs, châtain, camouflait son regard verdoyant, comme les tiens. D'un mouvement sec de la tête, il les replace et nous aperçois enfin. Immédiatement, il part à la poursuite de Yui. Mais il est jeune et ses petites jambes potelées ont de la difficulté à le soutenir. Cependant, on y lit facilement la détermination dans son regard et arrive finalement à rejoindre Yui qui m'étreint déjà dans ses petits bras. J'ouvre à mon tour mon bras afin d'y faire l'espace nécessaire afin d'y accueillir Éliott qui vint s'y engouffré. Je me retourne alors vers toi, mon cher Immortel et je te demande :

- Et si nous allions prendre un repas tous ensemble ?»


***

Dimeilof ferma les yeux et écouta Ike. Il n'aurait jamais cru voir ce jour venir. Certes, ce n'était pas la première fois que leurs lèvres se touchaient, mais c'était la première fois que la raison prenait racine dans d'aussi tendres sentiments. Tout en écoutant sa partenaire, il usa de sa magie. D'abord faible, la lueur dorée autour de leur corps prit un peu plus d'intensité. Peu à peu, une mince couche miroitante se forma sur leur peau, cheveux et vêtements. Ce n'était pas de la glace causé par le froid, mais une pierre précieuse lié à la magie. Tout autant que la lumière devint intense à en être aveuglant, la couche de cristal s'épaississait.

Ike venait à peine de dire la fin de sa phrase que leur corps produisirent une vague de lumière qui brisa momentanément la pénombre du soleil couchant. Puis, la lumière arrêta d'un seul coup. Un bruit sourd se fit entendre et des pierres tombèrent du sommet de la montagne. L'éboulement atteignit et enseveli un pilier de cristal qui tenait emprisonné deux personnes. Ces personnes était encore vivantes, mais leur conscience étaient ailleurs, dans un rêve.

***

Sentant le vent dans ses cheveux, Dimeilof ouvrit ses yeux. L'île qu'Ike avait imaginée s'étendait devant lui. Il regarda sa famille. Il y avait tout d'abord son aimée, Ike, belle et sereine. Cela faisait un moment qu'il ne l'avait pas vue aussi heureuse. Vint ensuite sa fille, Yui, son petit ange. Ses yeux violet étaient particuliers. Finalement, il y avait son petit trésor, Éliott. En tant qu'archange, Dimeilof ne pouvait n'avoir qu'une seule descendance. Les yeux vert de son fils indiquait sans nul doute qu'il assurerait la lignée des archange. Cependant, le seul mystère venait de sa fille.

- J'en dis que ce serait une excellente idée, répondit-il à Ike.

Il sourit à sa famille, donna un léger baiser sur le front de sa fille et prit son fils sur ses épaules avant d'aller embrasser tendrement sa douce. La petite famille se mit ensuite en marche vers leur maison.

Il y avait dans la vie, certains mystères qui resteraient un secret jusqu'à ce que le moment opportun de les révéler arrive. Mais ce moment n'était pas près de se produire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le dernier RP d'une longue aventure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evasion de Gobelinville : une longue aventure
» Le début d'une longue aventure
» Des VP Pour Obama, la liste est longue
» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès
» Partons à l'aventure !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Séries fantastiques :: Réalisations à commenter :: Autres-
Sauter vers: